Actualité

et événements

MAGRITTE. DER VERRAT DER BILDER

René Magritte, der Magier der verrät­sel­ten Bilder, ist eine der Schlüs­sel­fi­gu­ren der Kunst des 20. Jahr­hun­derts. Die SCHIRN widmet dem großen belgi­schen Surrea­lis­ten eine konzen­trierte Einzel­aus­stel­lung, die sein Verhält­nis zur Philo­so­phie seiner Zeit abbil­det. Magritte sah sich nicht als Künst­ler, sondern viel­mehr als denken­den Mensch, der seine Gedan­ken durch die Male­rei vermit­telt. Ein Leben lang beschäf­tigte es ihn, eine der Spra­che eben­bür­tige Ausdrucks­form zu finden. Seine Neugier und die Nähe zu großen zeit­ge­nös­si­schen Philo­so­phen, etwa zu Michel Foucault, führ­ten ihn zu einem bemer­kens­wer­ten Schaf­fen, das anhand von mehr als 70 Arbei­ten in einem neuen Licht gezeigt wird.

Die in Koope­ra­tion mit dem Centre Pompi­dou, Musée natio­nal d’art moderne, Paris, orga­ni­sierte Ausstel­lung beleuch­tet die zentra­len Bild­for­meln, die sich mit dem Mythos der Erfin­dung und der Defi­ni­tion der Male­rei befas­sen und den Argwohn des Malers gegen­über einfa­chen Antwor­ten und einem simplen Realis­mus bezeu­gen. Zu sehen sind Meis­ter­werke aus bedeu­ten­den inter­na­tio­na­len Museen und Samm­lun­gen, u. a. dem Musée Magritte in Brüs­sel, dem Kunst­mu­seum Bern, dem Dallas Museum of Art, der Menil Collec­tion in Hous­ton, der Tate in London, dem Metro­po­li­tan Museum of Art in New York, dem Museum of Modern Art in New York, der Natio­nal Gallery of Victo­ria in Melbourne und der Natio­nal Gallery of Art in Washing­ton D.C.

Magritte du Cinéma

Chaque année, de nombreux pays à travers le monde mettent leur cinéma en exergue à l'occasion d'une remise de prix qui récompense leurs talents les plus marquants. En Belgique, plus rien de tel n'existait depuis l'abandon des Prix Joseph Plateau en 2007.
Le secteur entier a donc décidé de se mobiliser pour organiser une célébration ambitieuse sur le modèle des César français et des Oscars américains. Grâce à Charly Herscovici qui a créé la fondation Magritte et nous fait le grand honneur de nous permettre d'utiliser le nom d'un des plus formidables artistes belges de l'histoire, la cérémonie est intitulée Les Magritte du Cinéma, un label prestigieux, immédiatement identifiable.
Les Magritte du Cinéma ne sont pas une énième occasion de s'auto-congratuler entre professionnels. Leur but est de braquer un projecteur sur tous ceux qui assurent la réputation de notre pays à l'étranger, ravissent ici quelques connaisseurs, mais qui sont trop souvent ignorés du grand public.
Une vingtaine de récompenses

22 récompenses sont attribuées, lors de la Cérémonie annuelle qui se tient au début du mois de février, à Bruxelles. Toutes (sauf 1, le Magritte d'Honneur) sont décernées sur base des votes des membres de l'Académie André Delvaux, aux meilleur film, meilleur premier film, meilleur réalisateur, meilleur film flamand, meilleur film étranger en coproduction, meilleur scénario original ou adaptation, meilleure actrice, meilleur acteur, meilleure actrice dans un second rôle, meilleur acteur dans un second rôle, meilleur espoir féminin, meilleur espoir masculin, meilleure image, meilleur son, meilleurs décors, meilleurs costumes, meilleure musique originale, meilleur montage, meilleur court métrage de fiction, meilleur court métrage d'animation et meilleur documentaire.
Vous pouvez découvrir tous les palmarès des éditions précédentes sur le site.
Tous les Belges, flamands et francophones, ayant tourné dans des films produits par des producteurs francophones sont éligibles pour les différents prix.

Centre Pompidou - René Magritte

René Magritte
La trahison des images
Expositions
21 septembre 2016 - 23 janvier 2017
de 11h00 à 23h00
Galerie 2 - Centre Pompidou, Paris
14€ / TR 11€
Nocturne jusqu'à 23h tous les jeudis soirs, et tous les lundis soirs à partir du lundi 5 octobre

L’exposition Magritte. La trahison des images propose une approche à ce jour inédite de l’œuvre de l’artiste belge René Magritte. Rassemblant les œuvres emblématiques, comme d'autres peu connues de l’artiste, provenant des plus importantes collections publiques et privées, l’exposition offre une lecture renouvelée de l’une des figures magistrales de l’art moderne.

Une centaine de tableaux, de dessins, et des documents d’archives, sont réunis pour offrir au public cette approche qui s’inscrit dans la ligne des monographies que le Centre Pompidou a consacré aux figures majeures de l‘art du 20e siècle : « Edward Munch. L’œil moderne », « Matisse. Paires et séries » et « Marcel Duchamp. La peinture, même ». L’exposition Magritte. La trahison des images explore un intérêt du peintre pour la philosophie, qui culmine, en 1973, avec Ceci n’est pas une pipe que publie Michel Foucault, fruit de ses échanges avec l’artiste.

Dans une conférence qu’il donne en 1936, Magritte déclare que Les affinités électives, qu’il peint en 1932, marque un tournant dans son œuvre. Ce tableau signe son renoncement à l'automatisme, à l’arbitraire du premier surréalisme. L’œuvre, qui montre un œuf enfermé dans une cage, est la première de ses peintures vouée à la résolution de ce qu’il nomme : un « problème ». Au hasard ou à la « rencontre fortuite des machines à coudre et des parapluies », succède une méthode implacable et logique, une solution apportée aux « problèmes » de la femme, de la chaise, des souliers, de la pluie… Les recherches appliquées à ces « problèmes », qui marquent le tournant « raisonnant » de l’œuvre de Magritte, ouvrent l’exposition.

L’exposition sera présentée dans un format restreint à la Schirn Kunsthalle Frankfurt, en Allemagne du 10 février au 5 juin 2017.

Commissaire : Mnam/Cci, Didier Ottinger

DE LA PEINTURE À LA SCULPTURE

VENTE AUX ENCHÈRES À PARIS IMPRESSIONNISTE & MODERNE LUNDI 6 JUIN 2016 À 20H.

LE POÈTE LOUIS SCUTENAIRE ÉCRIVAIT : MAGRITTE N'EST PAS UN PEINTRE, MAGRITTE EST UN GRAND PEINTRE. ET AUJOURD'HUI, ON PEUT MÊME AJOUTER UN SCULPTEUR GÉNIAL, UN CRÉATEUR SUBTIL PARCE QU'IL A SU DÉVELOPPER ET TRANSFORMER SES IMAGES POÉTIQUES ET MYSTÉRIEUSES PAR LE LANGAGE DU BRONZE. IL A MÉTAMORPHOSÉ ET FIGÉ POUR L'ÉTERNITÉ LES RIDEAUX DU « BEAU MONDE », LES LÈVRES DE « LA RACE BLANCHE » OU ENCORE LA CAGE AUX OISEAUX DU LÉGENDAIRE « THÉRAPEUTE ». LA SCULPTURE, CHEZ MAGRITTE, NE RELÈVE PAS DE L'ANECDOTE, NI D'UN EXERCICE DE STYLE, ELLE EST L'EXPRESSION D'UN RÉEL TALENT ET D'UNE MERVEILLEUSE INTERPRÉTATION DE SON CODE DU MYSTÈRE. RENÉ MAGRITTE A RÉALISÉ SES SCULPTURES À LA DEMANDE DE SON MARCHAND ALEXANDRE IOLAS DANS LES ANNÉES 60. IL A ACCEPTÉ CETTE REQUÊTE COMME UN DÉFI. IL AIMAIT LES MISES À L'ÉPREUVE. IL AIMAIT SORTIR DE SON QUOTIDIEN : « LA JOCONDE » EST PROBABLEMENT LE PLUS BEL EXEMPLE DU GENRE.

 

CHARLY HERSCOVICI